Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Blog CEMUPSCA
  • : CEMUPSCA est un blog qui se veut un instrument au service de la recherche personnelle.Il oeuvre à ce titre dans des domaines divers allant de la foi à la vie professionnelle,en passant par les partages de tout genre.
  • Contact

Profil

  • cemupsca_info
  • Je suis un autodidacte. Je ne me laisse pas battre par un obstacle sur mon chemin.Il s'agit de la recherche de mon épanouissement personnel. Je veux partager avec qui je peux

Recherche

26 août 2011 5 26 /08 /août /2011 18:00

Alimentation HT à tube
Retour au menu : Les alimentations - Index général

 

Cette page n'a pas d'autre intérêt que de donner à ceux qui restaurent du matériel ancien un schéma de base et quelques informations théoriques pour faciliter leurs interventions.

La diode ou valve

C'est à partir des années soixante que se sont répandus les redresseurs au sélénium et les diodes au silicium. Auparavant on utilisait des lampes contenant deux diodes appelées valves. Pour en savoir un peu plus sur le fonctionnement théorique de la diode à vide voir : La diode à vide ou valve de Fleming. Voir aussi les tubes à vide. Parmi les progrès permis par les diodes au silicium on a apprécié :
- Le rendement : très peu de pertes, par d'énergie gaspillée pour le chauffage du filament.
- Les performances : on trouve facilement des diodes au silicium qui peuvent débiter plusieurs ampères et résister à des tensions inverses de plus de 1000 volts
- Le prix, bien que les premiers redresseurs n'étaient pas donnés.
- L'encombrement : un tube à vide occupe au minimum 30 centimètres-cube ; une paire de diode au silicium, dix fois moins de place.
- L'absence d'élévation de température, liée au chauffage du filament du tube.
- La fiabilité et la durée de vie : un tube est fragile (ampoule en verre), son filament peut griller à la suite d'une surtension, la cathode d'un tube s'épuise et se détruit en cas de surcharge.

Schéma de base d'une alimentation secteur simple 

Le redressement à double alternance impose l'utilisation d'un transformateur avec un enroulement secondaire à prise milieu. La cellule de filtrage représentée comporte une résistance mais une self de quelques henrys serait préférable. Les condensateurs C sont souvent contenus dans le même boitier et ont une capacité de l'ordre de 50 µF.


La cellule de filtrage

Dans les récepteurs délivrant une puissance BF suffisante pour alimenter un haut-parleur la self de la cellule de filtrage est la bobine de l'électro-aimant du haut-parleur. Cette solution est économique et évite l'emploi d'une self séparée, le ronflement induit est négligeable. La self et les condensateurs peuvent être choisi pour que la fréquence de coupure du filtre passe-bas ainsi réalisé soit inférieure à 50 Hz pour une redressement à double-alternance. La section du fil de la self doit être le plus gros possible pour limiter la résistance ohmique et le circuit magnétique suffisamment dimensionné pour éviter sa saturation par le courant continu. L'ordre de grandeur des valeurs de composants :
L : 1 à 20 H, suivant la capacité du condensateur. Résistance interne de la self : 100 à 300 ohms.
C : de quelques µF jusqu'à 50 µF 
R : une centaine d'ohms, puissance à déterminer en fonction de l'intensité du courant maximum.

Condensateur de filtrage

Il est fréquent de rencontrer dans les alimentations de puissance moyenne des condensateurs de filtrages rassemblés dans le même boitier. On trouve ainsi des 2x6 µF ou 2x50µF + 100µF. L'armature négative de chacun des condensateurs est relié à la masse du boîtier.
La tension de service du condensateur ne doit pas être inférieure à la tension maximum d'utilisation. Tenir compte de la tension crête de l'alimentation filtrée qui est égale à la tension efficace de sortie du transfo multipliée par 1,414.
Exemple : Un transfo délivre à vide 2x200 volts efficace. La tension crête est égale à 200x1,414= 282 volts. On choisira des condensateurs de filtrage dont la tension de service sera de 300 V ou plus.
Dans le cas de la réstauration d'appareil ancien il est fort probable que les condensateurs de filtrage soit détériorés. On pourra le vérifier en les mettant en charge à une tension raisonnable (10 ou 20 volts) et en les laissant au repos plusieurs heures. Un bon condensateur n'aura presque rien perdu de sa charge. Refaire l'essai à une tension plus élevée. Si possible mesurer la capacité à l'aide d'un capacimètre. Attention à bien décharger les condensateurs à l'aide d'une résistance. Voir le condensateur.

Self de filtrage

Il en existe de toutes les formes. Celle de la photo ci-jointe a une inductance de 10 H et une résistance au courant continu de 230 ohms. Elle est prévue pour une intensité maximum de 100mA en régime continu. A cette intensité la chute de tension qui apparaîtra à ses bornes sera de 0,1 A x 230 = 23 volts. Si la tension filtrée est de 250 V cette chute de tension sera acceptable mais il faudra prévoir un transfo débitant 23 volts de plus, soit au minimum 275 V en charge.
Voir Selfs BF de filtrage.


 

Partager cet article

Repost 0
Published by cemupsca_info - dans Propagation
commenter cet article

commentaires

Liens